Photographe à Rodez et Onet-le-Château, Franck Tourneret vous propose des prestations pour les particuliers et le monde de l'entreprise. Reportages, Mariages, Shooting et autres prestations photographiques sont à découvrir également sur son site Internet www.francktourneret-photographe.fr

17 Oct

En photographie, l’auto-entrepreneur à bon dos !

Publié par Franck Tourneret - Photographe Rodez  - Catégories :  #L'actu en Aveyron

 

Centre-Presse-Rodez-Les-Photographes-ont-ils-encore-le-mem.jpgDans le microcosme aveyronnais, et plus précisément dans la bulle ruthénoise, si vous êtes lecteur de Centre Presse vous aurez certainement remarqué (ou pas) l’article en page 4 « Les photographes ont-ils encore le même objectif ? » (Edition du 17 octobre 2011).

En parcourant l’article je pensais découvrir des réponses de fond et de l’ambition pour l’avenir. En fait, rien de tout cela. Enfin si ! Dans le petit encart, celui qui sonne "un tout autre son de cloche". Ce son de cloche, c’est l’exemple même de l'entreprise qui travaille dans la photographie et qui a développé son activité selon les tendances du marché. Elle a su anticiper son devenir. 
Sinon, j’ai simplement lu un bureau des pleurs.
Et comme ils ne se remettent pas en cause, ces photographes de comptoir qui se disent en danger, trouve la cause de leur malheur chez les autres. Forcément.
Les autres, ce sont les « auto-entrepreneurs ».  Sous-entendu « les tueurs » du métier. A croire que l’auto-entreprise est synonyme d'ennemie maléfique et de travail d'amateurs.

J’ai bondi en lisant cela ! Non par la vraie souffrance du business plan de ce type d’activité, bien que d’autres aient trouvé de vraies solutions d’avenir (lisez bien l’encart en aparté de l’article), mais de cette fâcheuse habitude de mettre les auto-entrepreneurs comme étant responsables de tout. 


Je ne veux pas croire que ces photographes pensent être les seuls et uniques professionnels de la photographie. Je ne veux pas croire que seuls les dinosaures de la photographie soient détenteurs de la qualité du travail. Je ne veux pas croire que seuls les photographes avec des titres reconnus en France pensent être éternels et détenteurs du Saint Graal photographique.
Comment croire en cela ?

Alors, je préfère mettre cela sur le compte de l’ignorance. Aussi, dans cet article, je vais les informer sur ce qu’est un photographe auto-entrepreneur.
Je souligne que ce qui va suivre est en partie développé sur le site makuramis.com photographe sur Lyon.

 

LES MAUVAISES IDEES QUI CIRCULENT SUR LES AUTO-ENTREPRENEURS


« Le Photographe auto-entrepreneur ne paye pas ses charges sociales »
En ce qui concerne les déclarations sociales, le statut d'auto-entrepreneur n'est pas une dispense. Les charges sociales sont payées au même titre que n'importe quelle entreprise : la différence réside dans le fait que le régime micro-social permet de verser ces charges en pourcentage du chiffre d'affaire, et non au forfait. Ceci permet justement d'éviter de sur-endetter la jeune entreprise. Pour mémoire, c'est déjà le modèle de paiement de charge dont bénéficient les auteurs, dont les photographes (via Agessa) et les artistes (via Maison Des Artistes).

 

« Le Photographe auto-entrepreneur ne crée pas d'emploi »
Quid de l'auto-entrepreneur lui-même ? Créer une entreprise, même à faible ambition, c'est déjà créer de l'emploi : celui de l'entrepreneur. Et puis le Photographe n'est pas si solitaire qu'il en a l'air. Comme tout animal, qu'il soit social ou pas, il fait parti d'un "photosystème" comprenant de nombreux intervenants : fournisseurs de matériel, agences, laboratoires, graphistes, journalistes, éditeurs, imprimeurs, modèles, ... ça aussi, c'est créer de l'emploi !

 

« Le Photographe auto-entrepreneur travaille "au noir" »
Le travail au noir, notamment le travail "du week-end" est un vrai problème, surtout dans la photographie. Les lois sont claires sur ce point, pourtant les travailleurs au noir continuent de travailler. Plutôt que de l'ignorer, l'état a préféré offrir la possibilité à ces travailleurs de légaliser leur activité d'appoint. L'auto-entrepreneuriat est une méthode pour contrer le travail illégal, peut-être pas parfaite, mais qui a le mérite d'exister.

 

« Le Photographe auto-entrepreneur est une concurrence déloyale pour le Photographe artisan »
En ce qui concerne l'artisanat en particulier, la concurrence fait aussi partie du jeu. La concurrence est un élément vitale pour n’importe qu’elle entreprise. Elle est un levier d’avenir et de perspectives nouvelles pour nos métiers.
J’entends dire que les photographes auto-entrepreneurs prennent le travail des artisans photographes. Restons sur l’exemple des mariages. N’ayant pas le don de me multiplier, je suis obligé de refusé des reportages. Il y a donc bien du travail pour tout le monde. C’est juste la stratégie et les objectifs qui doivent évoluer en fonction du marché et du comportement des consommateurs.

 

Au final, le malheur des uns ne fait pas le bonheur des autres. Bien au contraire !
Aujourd’hui, je suis fier de mon métier et je suis un vrai passionné. Je fais du travail de qualité, avec une démarche artistique en étant proche de mes clients et des personnes qui prennent contact avec moi. Je n’ai pas à avoir honte de mon statut d’auto-entrepreneur. Je n’ai plus envie de lire que le châtiment final qui s’abat sur les épaules d’un photographe artisan est l’auto-entrepreneur.
C’est pour le coup se tromper d’objectif et reculer devant les vraies questions.



Le métier de photographe demande une veille permanente sur le comportement du marché et des nouvelles technologies. Notre métier de photographe n’est en rien un problème de statut ou de concurrence, c’est juste un métier en « danger » si l’on reste en l’état. La technologie et l’information va toujours plus vite. Travailler comme il y a 30 ans, c’est cela le danger. Travailler différemment ne veut pas dire que l’exigence de qualité n’est pas au rendez-vous.
Au lieu d’user de l’énergie à se plaindre et à accuser des hommes et des femmes auto-entrepreneurs qui font tout pour vivre aussi de leur savoir-faire, usons-la ensemble pour ré-inventer au quotidien notre si beau métier.

 

 

Commenter cet article

Fauve 17/10/2011



Et puis on va dire aussi que c'est votre faute si le pays va si mal ???


Non mais franchement des fois, j'ai honte, honte de vivre dans un tel pays... Heureusement que certains on une ouverture d'esprit et qu'ils veulent faire bouger les choses.


Merci en tout cas de l'article, il est très interessant !



Archives

À propos

Photographe à Rodez et Onet-le-Château, Franck Tourneret vous propose des prestations pour les particuliers et le monde de l'entreprise. Reportages, Mariages, Shooting et autres prestations photographiques sont à découvrir également sur son site Internet www.francktourneret-photographe.fr